Rechercher
  • Cassandre Vieira

Bien-être au travail : l’évolution du collectif happytech



Qu’est ce que la happytech ? 


La happytech est un mouvement qui a pour but de fédérer les acteurs qui mettent la technologie au service du bien-être en entreprise et de labelliser les startups et les entreprises qui apportent une valeur ajoutée dans ce domaine.

L’association française agit comme un véritable catalyseur des projets du bien-être et accompagne ainsi les entreprises vers la “happy responsabilité” pour faire de la France le leader mondial du bien-être.



Les enjeux du collectif 


Le désengagement des salariés, la baisse de leur productivité, l’augmentation du turn-over, l’absentéisme pour maladie, le stress, le burn-out et le développement d’autres risques psychosociaux ont un impact considérable sur la performance des entreprises et l’ensemble de l’économie française.

Selon une étude du cabinet Technologia, spécialisé dans la souffrance au travail, près de 3,2 millions d’actifs sont en situation de travail excessif ou compulsif et connaissent un risque élevé de développer un burn-out et un tiers des actifs voient leur santé se dégrader à cause du travail. 

Le coût du mal-être au travail est énorme pour les entreprises, il est estimé à 12 600 euros par salarié et par an. L’enjeu est d’attirer les talents, les garder et faire en sorte qu’ils se sentent bien au quotidien. Les solutions happytech sont des outils pouvant être mis en place par les entreprises pour participer à ce mouvement de fond.


L’histoire de la happytech  


Constatant que les nouvelles technologies éloignaient les gens au lieu de les rassembler, Samuel Metias et Pouya Mohtacham, férus de tech, co-créateurs de l’application Comeet, décidèrent d’inverser la tendance en créant un collectif qui regrouperait toutes les startups qui, comme la leur, œuvrent dans l’univers du bien-être. Leur objectif : Positionner l’Humain au cœur des initiatives, lui donner les cartes pour créer son bien-être par le biais de solutions pragmatiques et innovantes.

C’est en juin 2017, sur le salon VivaTech, Samuel Metias croise le Président de la République, Emmanuel Macron. L’occasion pour lui de lui exposer son projet. Le président lui lança le défi : “ « Faites de la France le leader mondial du bien-être et de Paris la capitale de la happytech ! » Pari relevé puisque la happytech se structure en association à but non lucratif et est officiellement créée en septembre 2017.

Après 1 an de présidence, Pouya Mohtacham lègue sa place à un membre moteur de l'association : Tehani Leprieur. Elle souhaite contribuer à développer la notoriété du collectif à travers les événements. De plus, elle porte l’ambition personnelle de valoriser les femmes entrepreuneuses dans le milieu de la Tech : “La Tech résiste à la féminisation et c’est une erreur. Aussi, je vais profiter de mon mandat pour valoriser les startups créées ou dirigées par des femmes de notre collectif. On entre dans l’ère de la Happy Women in Tech !”

Aujourd'hui, L’association est composée de plusieurs entités afin de faire de la France le leader mondial du bine-être. Dans un premier temps, elle est constituée de startups innovantes qui ont pour objectifs d’améliorer le bien-être des collaborateurs grâce à la technologie. Des entreprises soucieuses de la qualité de vie au travail accompagnent également la happytech, ainsi que des bénévoles. 


La happytech, un développement international 


Leader mondial, le mouvement de la happytech suscite l’intérêt des pays où le marché du bien-être est développé. Son modèle s’exporte actuellement. Des mouvements se sont créés en Allemagne, Angleterre, Belgique, Espagne, Finlande, Italie, Suisse, mais aussi aux Etats-Unis, au Canada, en Turquie.

Ainsi, un Comité International appelé « happytech International Committee » est mis en place dans le but de soutenir les entités locales pour se développer à l’international. Sa mission première : assurer la cohérence et la coordination au niveau international de l’exploitation du label.


Un collectif qui ne cesse de grandir pour le bien-être au travail


HappyTech ne cesse de grandir et de plus en plus de startups s’intéressent au mouvement. La communauté était composée de 12 startups en 2017 contre 60 début 2020 dispersées aux quatre coins de la France.  


Le collectif est présent dans les grandes manifestations QVT, RSE, et technologie tel les trophées de la QVT, le forum de la QVT, préventica, Humanday... La happytech organise également ses événements : Le Summer Camp et le Summit. Cette manifestation est l’une des plus grande concentration d'innovations technologiques dédiées au bien-être en entreprise. Lors de ces journées, les startups proposent leurs solutions technologiques innovantes des villages thématiques répondant aux besoins des entreprises.



59 vues
Abonnez-vous à notre newsletter :

Vous êtes une startup ? Rejoignez-nous.

Vous voulez être partenaire ? Contactez-nous.

Vous voulez nous aider ? Devenez bénévole.

  • Blanc LinkedIn Icône
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube